RESPONSABLE OENOTOURISME

points bordeaux

DESCRIPTIF DU POSTE

Le responsable œnotourisme est l'ambassadeur d'une marque ou d'un domaine historique. Pour cela, il déploie un plan d'actions ambitieux pour attirer l'attention du public tant sur le vin et que sur tout autre activité annexe que peut proposer le domaine. Il entretient par conséquent des relations étroites avec les tours operators. Présent sur le terrain, le responsable œnotourisme crée, développe et anime des prestations touristiques attractives au sein d'un territoire rural vivant.  Cet écotourisme prend souvent appui sur les spécificités locales qu'il valorise : patrimoine architectural, métiers, techniques, dégustation, visites de caves, hôtellerie… L'objectif est d'offrir une « expérience client » haut de gamme, au sein d'un terroir, dans le but de marquer les esprits durablement. L'impact commercial de cette mission constitue bien sûr un critère important, mais il est rarement immédiat : il s'inscrit dans une perspective de moyen et long termes.

Formation

La plupart des responsables œnotourisme sont de formation supérieure commerciale ou écotouristique, allant de Bac + 2 à Bac + 5. Sur l'échantillon de cette enquête, la qualification moyenne se situe à Bac + 3 :

  • 41 % se situent à Bac + 2, avec par exemple des BTS de tourisme, technico-commerciaux vins et spiritueux, BTS agricole, ou encore diplôme universitaire vins, culture et œnotourisme. Il est à noter que près de la moitié d'entre eux a suivi une formation au WSET (Wine & Spirit Education Trust), organisme anglais qui délivre des formations diplômantes de plus en plus prisées.
  • 16 % se situent à Bac + 3, avec notamment des licences en œnotourisme, tourisme et loisirs, licences professionnelles commerce des vins et œnotourisme.
  • 15 % se situent à Bac +4, avec des Master 1 commerce et/ou marketing, par exemple à l'université de Bordeaux ou Dijon.
  • 28 % se situent à Bac + 5, avec des Master 2 en commerce et/ou marketing et diverses écoles de commerce (ENSA, ESC) ou de communication (CELSA).

Evolution

En plein essor, l'œnotourisme devrait générer de nombreux emplois dans les prochaines années en France et à l'international. En Gironde, la filière emploie aujourd'hui 60 000 personnes. En 2015, 4,5 millions de touristes étrangers ont visité un site français d'œnotourisme (source : Gironde tourisme).

Les données générales

Les critères quantitatifs de base : salaire, ancienneté et niveau d'étude

Un responsable œnotourisme gagne en moyenne 37 K€ par an, avec une ancienneté de 6 ans et un niveau d'études de Bac + 3 :

Salaire moyen

Salaire médian*

Ancienneté moyenne

Niveau d'étude moyen

37 K€

35 K€

6 ans

Bac + 3

* Salaire médian : salaire qui divise l'échantillon en deux parties égales

Le salaire médian est proche du salaire moyen (- 5 %). Cela indique que le poids des plus hautes rémunérations dans la moyenne de l'échantillon ne fausse pas la notion de salaire moyen, laquelle peut ainsi être considérée comme significative.

Les critères qualitatifs complémentaires

Expérience Grand Cru / Taille de l'entreprise

Un peu plus d'un responsable œnotourisme sur trois exerce dans une entreprise dont le chiffre d'affaires est supérieur à 20 M€. C'est le taux le plus faible parmi les quatre métiers commerciaux. L'expérience Grand Cru est également minoritaire.

Expérience Grand Cru

37 %

Entreprise
CA > 20 M€

36 %

Pratique des langues étrangères

Anglais

2e langue étrangère

3 langues et plus

100 %

46 %

11 %

Les fourchettes de rémunération – 22 à 80 K€ annuels

Sur les 99 personnes de l'échantillon, les rémunérations s'étalent de 18 K€ à 70 K€ :

22 à 34 K€

35 à 49 K€

50 à 70 K€

 > 70 K€

41 %

47 %

9 %

3 %


Fait saillant : une forte amplitude des rémunérations

  • De bas en haut de l'échelle de rémunération, les salaires se situent dans un rapport de 1 à 3,6, ce qui est élevé sur une même fonction.
  • Cependant, près de 9 responsables œnotourisme sur 10 se concentrent dans les deux premières fourchettes, avec un rapport de 1 à 2,2.

Les profils-types

Les 3 profils-types de Responsable Œnotourisme

Sur la base des fourchettes de rémunération, nous avons établi 3 profils-types d'œnologues, correspondant à trois courbes d'expériences et de compétences différentes. Nous avons considéré comme atypiques les trois personnes de l'échantillons dont la rémunération dépasse les 70 K€.

 

Salaire

Ancienneté

Niveau d'étude

Indice de fréquence (1 à 5)

Profil 1

28 K€

3 ans

Bac + 3

2

Profil 2

40 K€

7 ans

Bac + 3

2.5

Profil 3

53 K€

10 ans

Bac + 3

0.5

Les profils-types sont déterminés en appliquant la moyenne pour chaque fourchette de rémunération

Faits saillants

  • Du profil 1 au profil 3, l'évolution du salaire moyen n'est pas linéaire. Il y a un écart plus important du profil 1 au profil 2 :
    • + 43 % du profil 1 au profil 2
    • + 32 % du profil 2 au profil 3

De manière très classique, le critère d'ancienneté est discriminant dans le passage d'un profil à un autre. Du profil 1 au profil 2 (+ 4 ans) et du profil 2 au profil 3 (+ 3 ans), l'écart d'ancienneté s'exprime de manière linéaire.

L'incidence des critères qualitatifs

Nous avons étudié les données qualitatives pour les trois profils-types de responsables œnotourisme : expérience Grand Cru et taille de l'entreprise (> 20 M€).

Avec une expérience Grand Cru

Les profils-types de responsable œnotourisme présentent une forte sensibilité au critère d'expérience Grand Cru : près de 8 personnes sur 10 dans le profil 3, contre 37 % pour la moyenne des responsables œnotourisme.

PROFIL 1
17 %
avec exp. Grand Cru

PROFIL 2
45 %
avec exp. Grand Cru

PROFIL 3
78 %
avec exp. Grand Cru

Dans une entreprise avec un CA > 20 M€ :

Le part de responsables œnotourisme exerçant dans une entreprise dont le CA est supérieur à 20 M€ augmente nettement d'un profil à l'autre, jusqu'à atteindre 67 % pour le profil 3.

PROFIL 1
19 %
CA > 20 M €

PROFIL 3
67 %
CA > 20 M €

PROFIL 2
39 %
CA > 20 M €

Fait saillant : une incidence des critères qualitatifs sur la rémunération

Si nous avons vu que le critère d'ancienneté est le plus discriminant dans le niveau de rémunération, les deux critères qualitatifs étudiés présentent également une incidence visible sur le niveau de rémunération :

SALAIRE
+
32 %
avec exp. Grand Cru

SALAIRE
 +
26 %
pour
CA > 20 M €


Ecarts de salaire en pourcentage, respectivement pour les bénéficiaires d'expérience Grand Cru et pour les responsables œnotourisme d'entreprises dont le CA est supérieur à 20 M€.

Un niveau qualitatif supérieur

L'expérience Grand Cru et/ou la présence dans une entreprise réalisant un CA > 20 M€ caractérisent un niveau qualitatif supérieur, de manière encore très nette :

Avec une expérience Grand Cru

Ancienneté
+
76 %

avec exp. Grand Cru

CA > 20 M €
 +
93 %

avec exp. Grand Cru


Comparaison avec et sans expérience Grand Cru

Dans une entreprise avec CA > 20 M€ :

Ancienneté
+
41 %
pour
CA > 20 M €

Grand Cru
 +
89 %
pour
CA > 20 M €


Comparaison entreprises > 20 M€ et entreprises < 20 M€

Il est intéressant de noter la progression très nette du taux d'expérience Grand Cru
(+ 89 %) chez les responsables œnotourisme présents dans des entreprises > 20 M€ de CA.

Un profil "super qualitatif"

Nous pouvons caractériser, parmi les responsables œnotourisme, un profil "super-qualitatif", qui conjugue les critères quantitatifs et qualitatifs : une rémunération et une ancienneté supérieures à la moyenne ; une expérience Grand Cru et la présence dans une entreprise avec un CA > 20 M€.

Profils cumulant une expérience Grand Cru et CA > 20 M€

% de l'échantillon

Salaire moyen

Ancienneté moyenne

17 % 

48 K€

9 ans

En termes de rémunération et d'ancienneté, les écarts avec la moyenne des responsables œnotourisme sont significatifs

Salaire
+ 30 %
Profil Super Prémium

Ancienneté + 50 %
Profil Super Prémium

Contactez-nous